Marie Hallynck

Marie Hallynck

Soliste confirmée, chambriste et pédagogue passionnée, Marie Hallynck figure désormais parmi les violoncellistes incontournables de sa génération. Ses pas l’ont menée dans des salles aussi prestigieuses que le Concertgebouw d’Amsterdam, la Musikverein de Vienne, le Wigmore Hall de Londres, le Symphony Hall de Birmingham, le Palais des Beaux-Arts de Bruxelles, le Théâtre de la Ville et la Cité de la Musique à Paris, la Philharmonie de Cologne, de Berlin pour ne citer qu’elles. On la retrouve en soliste avec l’Orchestre Philharmonique de Saint-Pétersbourg, l’Orchestre National de Belgique, l’Orchestre Philharmonique de Rotterdam, l’Orchestre de chambre du Concertgebouw d’Amsterdam, l’Orchestre National de Lille, l’Orchestre Philharmonique chinois de Hong-Kong… ou aux côtés des pianistes Cédric Tiberghien, Jean-Claude Vanden Eynden, Emmanuel Strosser et Muhiddin Dürrüoglu. C’est en compagnie de ce dernier et du clarinettiste Ronald Van Spaendonck qu’elle fonde en 2006 l’ensemble Kheops, ensemble à géométrie variable qui réunit une dizaine de musiciens dont Sophie Hallynck, Lise Berthaud, Ning Kam, Graf Mourja, Gaby Van Riet (pour ne citer qu’eux) autour d’un répertoire classique à contemporain. Lors de ses années d’études auprès de Reine Flachot (à Paris), Edmond Baert (au Conservatoire Royal de Musique de Bruxelles et à la Chapelle Musicale Reine Elisabeth), Janos Starker (aux États-Unis) et Natalia Gutman (à la Musikhochschule de Stuttgart), Marie Hallynck s’est distinguée lors de nombreux concours et a reçu diverses récompenses dont : un Prix au célèbre tournoi Eurovision de la musique classique et au concours Tromp (Eindhoven) en 1992, les diplômes d’honneur du Mozarteum de Salzburg et de l’Accademia Chigiana de Sienne et le Prix de la Fondation belge de la Vocation en 1993. Elle est également lauréate de l’association Juventus et de la fondation Emile Bernheim (1996). En 2001, elle est élue « Rising Star » par l’Association des salles de concerts européennes et l’année suivante, « Soliste de l’année » par l’Union de la presse musicale belge. Ses nombreux enregistrements discographiques parus chez Harmonia Mundi, Fuga libera, Cyprès, Alpha, Naxos, Ricercar et Musique en Wallonie lui ont valu les plus hautes récompenses dans la presse spécialisée. Parallèlement à ses activités de concertiste, Marie Hallynck enseigne au Conservatoire Royal de Musique de Bruxelles depuis l’âge de dix-neuf ans. En septembre 2010, elle est invitée à siéger parmi les membres du jury du célèbre concours ARD de Münich. Elle joue sur un violoncelle de 1717 du luthier vénitien Matteo Goffriller.

site web